Tous les Rois et Reines de France avaient un penchant pour un petit délice sucré : Louis XIII était très friand de confitures, surtout en fin de repas ; alors que Louis XIV avait un goût prononcé pour les marrons glacés et les pâtisseries. Louis XV a très vite montré son penchant pour le chocolat chaud dont il vantait  les vertus fortifiantes, aphrodisiaques et énergétiques. Enfin, Marie-Antoinette  a rapidement choisi son emblème culinaire avec le macaron, auquel elle voua une passion immodérée.

Afin de découvrir les gourmandises Versaillaises, il ne faut pas hésitez  à arpenter ses marchés. Ainsi le marché du quartier Notre Dame créé en 1634 grâce à Louis XIII et confirmé par Louis XIV par la construction des halles,  est particulièrement réputé.  Bien sûr, les versaillais le fréquentent mais l’on vient aussi de Paris, de Neuilly, y faire  provisions des produits frais cultivés par les maraîchers des environs. Il ne faudra pas manquer  non plus d’explorer son  Potager du Roi  ou à se rendre dans les boutiques et les commerces gourmands, qui offrent une  palette de saveurs et de parfums. Ils vous feront découvrir ou re-découvrir, des gourmandises crées  selon des recettes traditionnelles ou remises au goût du jour, des saveurs délicates d’hier et d’aujourd’hui, pour le plus grand plaisir de vos papilles. Régalez-vous, par exemple de légumes anciens du Potager du Roi,

Le Potager du Roi

Les prouesses de La Quintinie firent du potager de Versailles un modèle, au dire de ses contemporains, et enchantèrent les courtisans. Les poires ‘Bon-Chrétien' étaient envoyées en cadeaux aux grands de ce monde, et comme Louis XIV adorait les petits pois, toute la cour s'enthousiasma  pour ces légumes. Le Potager du roi permettait donc d'offrir au roi des fruits et légumes frais tout au long de l'année et lors des fêtes royales. Il livrait  aussi régulièrement sa production au service de la Bouche, qui accommodait les potages, entremets, beignets aux légumes, et préparait les pyramides de fruits... Lorsque le roi était  éloigné de Versailles, La Quintinie devait  veiller à lui en faire expédier, dans de grands paniers spécialement aménagés. Les produits jugés indignes d'apparaître à la table du roi étaient distribués aux indigents par un petit passage appelé le "Public".

Après la Révolution, indifférent aux aléas politiques, le Potager continua de livrer les tables des régimes en place : Service impérial, Tables de la République, etc. Fruits et légumes furent aussi vendus, selon les époques, sur les marchés de Versailles ou de Paris, et sur place, comme c'est le cas aujourd'hui encore.

Aujourd’hui encore  la gastronomie occupe une place importante à Versailles et les restaurants gastronomiques et étoilés  en sont le témoignage qu’il s’agisse de   « L’Angélique», du chef Régis Douysset , « le Gordon Ramsay » au Trianon Palace ou plus récemment « La Table du 11 » du jeune chef Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani qui a obtenu sa première étoile après une année d’ouverture !

Sans oublier le nouveau restaurant d’Alain Ducasse Ducasse à Versailles – Ore.  Ore signifie  bouche en latin. Alain Ducasse fait ainsi référence aux plaisirs de bouche ancrés dans l’art de vivre à la française, et, particulièrement, à Versailles, aux services de la bouche du Roi, en charge de la préparation des repas servis à la cour.